Voyage au Chili
Voyage au Chili : Découvrir le pays du bout du monde !
Heure à Santiago:
- COMMENT Y ALLER
- S'INSTALLER AU CHILI
- ARGENT / BUDGET
- CARACTERISTIQUES
- ÉCONOMIE
- CHIFFRES
- TOURISME
- CARTES
- FRONTIÈRES
- TRANSPORTS
- AGENCE DE VOYAGE
A VOIR/A FAIRE
- CALENDRIER FESTIF
- CIRCUITS & INTERETS
TOURISTIQUES
- SITES UNESCO
- PARCS NATIONAUX
- PARC TORRES DEL PAINE
- SKI
- LES THERMES
VILLES NORD/SUD
- ARICA
- IQUIQUE
- SAN PEDRO DE ATACAMA
- LA SERENA
- SANTIAGO
- VALPARAISO
- PUERTO VARAS
- PUERTO MONTT
- PUERTO NATALES
- ILE DE PAQUES
CULTURE
- FAUNE
- FLORE
- DVD
- VIE POLITIQUE
HISTOIRE
ARTICLES
DIVERS
 

 

"POMPE FRANCE DE SANTIAGO"
Pompes France Santiago.Pompes France Santiago . Pompes France Santiago

QUATRIÈME COMPAGNIE C.B.S.


La formation du Corps de Pompiers Volontaires á Santiago du chili

C'est au 8 Décembre 1863 que remonte l'origine de notre institution. En effet, de méme que pour d'autres corps de pompiers, comme celui de Valparaiso par exemple, notre cher vieux "C.B.S." (Cuerpo de Bomberos de Santiago) est né á la suite d'un véritable drame humain: l'incendie de l'église de la Compagnie des Jésuites.

1)a- L'incendie

Il est 7 heures du soir en ce 8 Décembre 1863, et l'église est remplie. Plus de 2000 fidèles, principalement femmes et enfants sont venus assister à la messe qui doit clôturer la célébration du mois de Marie. Tout à coup, la panique s'empare des ouailles: une épaisse fumée se dégage du toit et d'impressionnantes flammes s'emparent du bâtiment. Les morceaux de toiture incandescents tombent du centre de la nef, et déjà les deux portails principaux de l'église sont saturés par l'aflux de personnes. La cohue est telle que les premières victimes succombent du fait de la bousculade, piétinées ou asphixiées. La liste des morts sera longue, puisque la quasi totalité des personnes présentes à la cérémonie périra dans des circonstance atroces. Le bilan est effrayant: les robes à crinoline, renforcées de strucures de bois ou de métal, ont littéralement obstrué les voies d'évacuation possibles et rendu impossible les sauvetages. D'autre part, l'ineficacité des secours remet en cause le Bataillon des Sapeurs de Santiago, dont l'intervention n'a permis ni de controler le sinistre, ni de sauver les personnes saisies par les flammes.

1)b- L'appel aux jeunes de bonne volonté

Toute la population du pays s'émeut, et le 11 décembre, le jeune José Luis Claro décide de lancer un appel à la solidarité générale. Il publie donc dans le journal "El Ferrocarril"("le chemin de fer") la suivante note: "Avis au public: Sont cités les jeunes gens qui désirent mener à bien l'idée d'établir une compagnie de pompiers, le 14 en cours à une heure de l'aprés midi au bureau du suscripteur". L'affluence est telle que trois compagnies de pompiers sont fondées le jour même. Elles verront le jour formellement le 20 Décembre, soit seulement quelques jours plus tard. Il s'agit des actuelles Première, Seconde et Troisième Compagnies. Elles couvrent chacune un secteur: Est, Ouest et Nord. A ces trois compagnies, s'ajoute une quatrième: la Compagnie de Sauvegarde des Biens et de la Propriété, chargée comme son nom l'indique de monter la garde après les incendies, afin d'éviter les pillages des immeubles sinistrées. Cette compagnie deviendra la Sixième Compagnie du Corps.


1)c- La communauté française

Dès l'appel de Claro, la communauté française se mobilise elle aussi. A cette époque, elle est constituée de riches exploitants des mines de salpètre du nord du pays, de comercants et artisants industriels et de viticulteurs. Plus de 170 jeunes français se constituent volontaires, et de même qu'à Valparaiso, souhaitent former une compagnie française. Pour des raisons d'organisation, leur sollicitude est tout d'abord rejetée. Ce n'est que quelques semaines plus tard que sera autorisée la formation de deux compagnies françaises: l'une d'échelles le 18 Janvier (actuelle Septième Compagnie), l'autre d'eau ou encore "pompe", la Pompe France (actuelle Quatrième Compagnie), fondée le jour suivant.

2)b- Le fonctionnement de la compagnie

La Pompe France est constituée de volontaires, d'officiers actifs et d'officiers administratifs.


b-1. Les officiers administratifs : A leur tête se trouve le Directeur, qui de même que tous les autres officiers est élu démoratiquement tous les ans, le 8 Décembre. Il est secondé dans ses tâches par le Secrétaire, le Trésorier et l'Intendant.

b-2. Les officiers actifs : Ce sont les responsables du bon déroulement des activités du service. Le capitaine est le responsable suprême du service de la compagnie. Il est secondé par trois lieutenants, respectivement les 1er, second et troisième lieutenants. Il est cependant de tradition pour le Directeur, de n'assister qu'à distance aux incendies, afin de ne pas engager de conflits d'autorité.

b-3. Les organes de la Compagnie : Ils sont au nombre de deux: le Conseil d'Administration, et le Conseil de Discipline. Tous deux sont composés de conseillers élus démocratiquement le 8 Décembre de chaque année.

b-4. Le volontariat : Le mot "Volontaire" désigne le pompier dans notre institution. Pour devenir membre de la compagnie, le postulant doit se présenter au Directeur, remplir le formulaire d'incorporation, être entendu par le Conseil d'Administration, et passer la visite médicale
Une fois accepté par ses pairs, le volontaire fait pleinement partie de la Pompe France. Il doit se plier à sa discipline et effectuer normalement les paiements de sa cotisation mensuelle. Il jure ne jamais accepter aucun bénéfice de par sa qualité de pompier, et s'engage à ne jamais poursuivre le Corps en responsabilité civile pour dommage occasionné au cours d'un acte de service. Il doit en outre jurer d'honnorer les drapeaux français et chiliens.
Une fois incorporé, le nouveau volontaire devra participer à un certain nombre de formations techniques qui lui seront administrées par la Compagnie et le Corps de Pompiers, assister aux exercices obligatoires convoqués par le Capitaine, et se rendre obligatoirement sur les lieux de certains incendies et convocations protocolaires.Le volontariat est la base de notre philosophie. Contrairement à d'autres réalités rencontrées dans le monde, le pompier du Chili ne reçoit aucune indemnité pour le travail fourni au sein de sa compagnie. De plus, il doit s'acquitter de sa cotisation mensuelle, qui permet de rémunérer un certain nombre de personnes externes et qui travaillent au sein de la compagnie. Cette philosophie nous est chère et même si elle est régulièrement remise en cause depuis notre création pour être remplacée par le professionalisme, notre institution continue à suciter des vocations, et le volontariat reste encore, à plus de 136 ans de l'incendie de l'église de la Compagnie des Jésuites, notre credo.

2)c- la tradition française au sein de la "Quatrième": Constituée uniquement de citoyens français à l'origine, la Pompe France ne s'est cependant pas fermé aux Chiliens qui ont souhaité y entrer. C'est ainsi qu'aujourd'hui, plus qu'une compagnie dite "de colonnie", la Pompe France, l'institution française la plus ancienne de Santiago représente un exemple notoire de l'amitié franco-chilienne. Cet enthousiasme pour la France se retrouve au cours de nos 136 ans d'existance. Dès la guerre de 1870, nombeux sont les volontaires de notre institution qui partirent combattre pour défendre le sol français. Au cours de la première guerre mondiale, ils étaient 22 à partir du Chili, répondant à l'appel de leur Patrie d'origine ou d'adoption: la France. Six d'entre eux ne reviendront jamais, morts au Champ d'Honneur:

Qu'elle soit leur Patrie d'origine ou leur Patrie adoptive, les volontaires de notre compagnie apprennent à servir au nom de la France et surtout à l'aimer. Cet engouement pour la France ne se manifeste pas seulement au cours des guerres. Nos valeurs restent en tout temps les valeurs fondamentales de la France: Liberté, Égalité, Fraternité. La liberté est symbolisée pour nous par notre engagement volontaire, sans autre limites que celles de l'honnèteté vis à vis de soi même et de la Compagnie. L'égalité est représentée, tant par notre tradition démocratique et la pratique de nos institutions, que par notre esprit d'humilité face au service rendu. La fraternité est la valeur fondamentale que partage la grande majorité des pompiers au monde, et qui nous fait adhérer à cette mystique du pompier. La devise de la Pompe France de Santiago, "Honneur et Dévouement" va aussi dans ce sens: l'honneur de servir le drapeau de la France, symbole de ses valeurs, et le dévouement à la communauté, sans distinguer entre les personnes secourues les différences de sexe, de race, de religion ou d'idéologies.

Au cours de toute notre histoire, nos volontaires ont appris à faire de ces valeurs leur credo, et au sein de notre compagnie, toutes les différences qui existent entre les volontaires sont autant d'éléments qui apportent à la Pompe France sa diversité, sans jamais altérer son attachement aux valeurs de la France.


2)d- L'esprit "pompier" : Bien qu'étant une compagnie formée exclusivement de volontaires et faisant partie d'un corps de pompiers volontaires, l'esprit de corps et en général l'esprit des hommes du feu est plus qu'ailleurs présent au sein de notre institution. Cette volonté et cette ennergie nécéssaire que doit déployer chacun d'entre nous pour faire partie de l'institution, et ensuite pour y rester, ne pourrait exister sans la forte motivation du travail du feu.
Le travail au feu de notre compagnie est reconnu dans tous le pays. Notre technique nous est enviée par nombres d'autres institutions du Corps, et notre discipline est légendaire. L'un des surnoms de la Pompe France est "la Légion Étrangère", allusion au prestigieux corps d'armée et qui vient du fait que nombres de pompiers d'autres compagnie cherchent à faire partie de notre volontariat. Ce pestige qui attire nos compagnons à nous rejoindre n'est pas du au hasard: notre forme de travail dit "à la francaise" nous distingue au sein du prestigieux Corps de Pompiers de Santiago, et il n'est pas rare que des pompiers professionnels d'autres pays d'Amérique Latine viennent effectuer des stages de formation chez nous. D'autre part, nos volontaires ont accès aux stages de perfectionnement de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris, au cours desquels ils apprennent la méthode de travail de la plus prestigieuse école en la matière.


2)e- Le prix du feu : Comme nombre de compagnies au sein du Corps de Pompiers de Santiago, notre chère Pompe France a du elle aussi payer au feu le prix du sang. A chaque sortie des engins, après chaque incendie et à chaque formation de la Compagnie, l'adjudant passe la liste des volontaires présents. Avant d'appeler le capitaine, il cite:


"Glaziou Arthur
Gourgeon Charles
Delsahut Pierre",
suite à quoi le capitaine répond: "Morts au feu" ; l'adjudant continue:
"Duhart Henri
Bertolo Jean Baptiste
Cheyre Louis
De Goyeneche Jules
Gérard René
Patri Georges
Latrille Marius"
Le capitaine de conclure: "Morts au Champ d'Honneur".


Puis, l'adjudant procède à l'appel, citant d'abord les officiers et prix de cinquante ans de service, puis les autres volontaires. Une fois l'appel terminé, le capitaine demande si quelqu'un manque à l'appel, puis ordonne de rompre les rangs. Aussitôt, la Compagnie s'exécute, au cri de "Vive la France".
Ce rituel militaire représente pour nous bien plus que l'accomplissement du règlement: il sinthétise ce que nous avons été, ce que nous sommes, et nous aide à réfléchir à ce que nous devons être.Ainsi, nous gardons en mémoire nos camarades tombés en défense d'une France qu'ils voulaient libre; nous nous rappelons à chaque instant que, comme nos trois martyrs, l'un d'entre nous peut un jour manquer à l'appel, et que le service à la communauté chilienne représente aussi pour nous le service rendu à notre chère "Quatrième", le service de sa "Pompe" à la France.

Olivier JALLOIS

La Pompe France de Santiago sur Internet



 

accueil | contact | Plan du site

Copyright © 2008-2017 voyage-au-chili.com - Tous droits réservés.